9e journée clinique et scientifique vaudoise au sujet du handicap mental le mercredi
8 juin 2022 à la Haute école de travail social et de la santé Lausanne (HETSL)

 

UTOPIA 9e Journee clinique et scientifique

Inscriptions sur www.hetsl.ch

L'EXPO-VENTE des ateliers

Le magasin est situé dans le nouveau bâtiment des ateliers, côté Jura au rez-de-chaussée. Les vendeuses et vendeurs se réjouissent de vous accueillir nombreuses et nombreux !

DASP Ouverture Magasin Esperance Etoy 20220331

RAPPORT D'ACTIVITÉ 2020

RA 2020

Plan-cadre pandémie COVID-19 de l'Espérance

Version au 09.05.2022
dans le respect des directives fédérales, cantonales, des recommandations sanitaires (OFSP, HPCi), et de la directive du DSAS.
 
Cliquez sur l'image ci-dessus pour accéder au document
 
Plan cadre 14.02.2022

ÉTOY - L’institution spécialisée soumet à enquête publique deux gros projets devisés à quelque 40 millions.

(Article journal La Côte 21.11.2016)

vue sur jardins depuis ateliers12 e1446384881557

L’Espérance, fondée en 1872, se retrouve, en 2016, à mener de très gros projets pour assurer son avenir et garantir le bien-être des personnes qu’elle accueille. L’institution spécialisée pour personnes handicapées soumet à enquête publique la construction d’une structure d’hébergement, après démolition d’un ancien bâtiment, et la transformation des ateliers de travail existants, ainsi que leur agrandissement. «C’est un projet à environ 40millions», indique le directeur Jean-Claude Pittet.

La_Côte-2016-11-03.png

Attaché à ses résidents, le directeur de l’Espérance tire sa révérence

Après quatorze ans passés à la tête de l’institution spécialisée, Charles-Edouard Bagnoud prend sa retraite.

Agé de 66 ans, Charles-Edouard Bagnoud prendra sa retraite en septembre.

«Je suis indéfectiblement attaché à L’Espérance.» Après quatorze ans à la tête de l’institution spécialisée pour personnes atteintes de déficience mentale, à Etoy, Charles-Edouard Bagnoud tirera sa révérence le 30 septembre. L’homme de 66 ans se prête à l’exercice du bilan avant de passer le flambeau à son successeur, Jean-Claude Pittet, ancien directeur de la Fondation du Relais, à Morges.

A l’heure de jeter un coup d’œil dans le rétro, Charles-Edouard Bagnoud met l’accent sur un point. Lorsqu’il a pris les rênes de L’Espérance, qui accueille 300 bénéficiaires, il avait un objectif en tête: offrir aux résidents les mêmes opportunités que tout un chacun. «C’est ce qu’on appelle la valorisation des rôles sociaux. Dès mon arrivée, nous avons fait de ce concept l’une de nos priorités.»