Affiche Noel 2016 OK

Une déchetterie qui se promène en ville

Capture_décran_2016-11-24_à_09.19.54.png

GLAND - Un point itinérant de collecte de déchets est en test. Il est mené par la ville, en partenariat avec l’institution L’Espérance.

FABIEN DARVEY Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

A Gland, l’introduction de la taxe au sac, en 2013, a provoqué une initiative inattendue: l’instauration d’une déchetterie mobile.

A défaut de mettre en place des écopoints, comme prévu dans le règlement communal accepté par le Conseil en novembre 2012, la Ville a décidé de proposer, en guise de test, la mise sur pied d’un centre de tri en mouvement. Celui-ci est géré par L’Espérance, d’ Etoy, une institution spécialisée pour personnes en situation de handicap.

Ce n’est pas la première collaboration entre les deux entités. En effet, depuis mai 2013, des membres de L’Espérance viennent collecter des déchets recyclables directement à domicile. «On voulait leur donner plus de visibilité, explique Julien Baud, le collaborateur du Service infrastructures et environnement, référent pour la question. Trois ans après l’introduction de la taxe au sac, c’était un moyen à moindre coût de mettre en place une offre supplémentaire.»

ÉTOY - L’institution spécialisée soumet à enquête publique deux gros projets devisés à quelque 40 millions.

(Article journal La Côte 21.11.2016)

vue sur jardins depuis ateliers12 e1446384881557

L’Espérance, fondée en 1872, se retrouve, en 2016, à mener de très gros projets pour assurer son avenir et garantir le bien-être des personnes qu’elle accueille. L’institution spécialisée pour personnes handicapées soumet à enquête publique la construction d’une structure d’hébergement, après démolition d’un ancien bâtiment, et la transformation des ateliers de travail existants, ainsi que leur agrandissement. «C’est un projet à environ 40millions», indique le directeur Jean-Claude Pittet.

La_Côte-2016-11-03.png

Rapport annuel 2016

rapoort 2016

 

Capture décran 2016 08 30 à 14.28.03

Attaché à ses résidents, le directeur de l’Espérance tire sa révérence

Après quatorze ans passés à la tête de l’institution spécialisée, Charles-Edouard Bagnoud prend sa retraite.

Agé de 66 ans, Charles-Edouard Bagnoud prendra sa retraite en septembre.

«Je suis indéfectiblement attaché à L’Espérance.» Après quatorze ans à la tête de l’institution spécialisée pour personnes atteintes de déficience mentale, à Etoy, Charles-Edouard Bagnoud tirera sa révérence le 30 septembre. L’homme de 66 ans se prête à l’exercice du bilan avant de passer le flambeau à son successeur, Jean-Claude Pittet, ancien directeur de la Fondation du Relais, à Morges.

A l’heure de jeter un coup d’œil dans le rétro, Charles-Edouard Bagnoud met l’accent sur un point. Lorsqu’il a pris les rênes de L’Espérance, qui accueille 300 bénéficiaires, il avait un objectif en tête: offrir aux résidents les mêmes opportunités que tout un chacun. «C’est ce qu’on appelle la valorisation des rôles sociaux. Dès mon arrivée, nous avons fait de ce concept l’une de nos priorités.»

ETOY : un nouveau service pour vos déchets 

déchets