A5_Fête_annuelle_2014.jpeg

 L’Espérance réaménage son site à Etoy

Par Quentin Burki. Mis à jour le 15.04.2014

Le Conseil communal d’Etoy votera le 28 avril prochain sur un réaménagement des quartiers de «L’Oche» et de «La Combe»

topelement.jpg

L’allongement de la durée de vie des personnes handicapées induit de nouveaux défis tels que la cohabitation des mineurs et des seniors. Pour faire face à cette problématique, l’institution de l’Espérance, qui accueille près de 300 personnes à déficience mentale moyenne à sévère, à Etoy, souhaite réaménager son site.

La direction a sollicité la Municipalité en vue de remanier le plan de quartier de «L’Oche» et «La Combe», situé au nord du village, entre la route cantonale à l’est et le chemin de la Brotte à l’ouest. «Il était nécessaire de remanier ce plan qui datait de 1975. Il n’était plus adapté aux besoins de l’institution, souligne Michel Roulet, syndic d’Etoy. Nous nous sommes mis au travail pour essayer de redessiner ce secteur et surtout d’ajouter de la souplesse dans les projets de construction.»

Concrètement, l’institution de l’Espérance envisage de détruire puis de reconstruire la partie la plus vétuste du complexe d’ateliers en forme de H situé au centre du site. L’objectif est d’adapter ces ateliers selon les réglementations actuelles. Le bâtiment de la Source sera quant à lui réaménagé pour accueillir une trentaine de pensionnaires âgés. Le coût des travaux devrait avoisiner les 10 millions de francs.

«Le dossier est actuellement sur le bureau de Pierre-Yves Maillard, indique Charles-Edouard Bagnoud, directeur de l’établissement. C’est le Canton qui tient désormais les ficelles, on attend juste leur feu vert. Mais nous sommes confiants, il y a un réél besoin d’adapter nos locaux à la demande.»

Les parcelles privées situées au sud du site, déjà en zone constructible, seront également concernées par le plan de quartier remanié. «Dans ce secteur, il reste une possibilité de développement de vingt-cinq à trente logements maximum», précise encore Michel Roulet. Le Conseil communal se prononcera sur ce dossier lors de la séance du 28 avril.   (24 heures)